Passion rap

Niveau A2

Un genre qui n’est pas nouveau…

Comme le break dancing, le graffiti, le beatboxing et le DJing, le rap appartient au courant culturel du hip-hop, né dans les années 1970 dans les ghettos noirs et latinos américains. Ce genre musical se diffuse rapidement dans tous les États-Unis puis dans le monde entier. Il arrive en France à la fin des années 1980 avec l’apparition de groupes comme IAM, Suprême NTM, Assassin ou Ministère A.M.E.R, et de rappeurs comme MC Solaar. La station de radio Skyrock décide alors de se spécialiser en rap francophone. Et l’émission télévisée “Rapline” contribue elle aussi à faire connaître ce genre musical et à faire émerger certains artistes. Mais, dans les années 1990 et 2000, le rap a du mal à sortir de la banlieue et à convaincre un public de plus de 25 ans. Il reste un phénomène principalement urbain et un genre marginal, écouté par peu de Français – qui préfèrent largement la variété, la pop et le rock. Le problème ? La mauvaise réputation des rappeurs, souvent victimes de préjugés : beaucoup leur associent les mots “délinquance”, “violence” et “vulgarité”. En outre, les grands médias en parlent peu car ils pensent que c’est un phénomène éphémère.

 

… mais qui gagne en popularité

Mais depuis 2015, les choses ont bien changé. Le rap est aujourd’hui en plein boom, et semble être devenu la nouvelle pop. Il a réussi à sortir de la banlieue pour toucher toutes les régions, toutes les classes sociales et toutes les tranches d’âge – même si, évidemment, le public reste plutôt jeune. Les chiffres prouvent cette nouvelle popularité : au premier semestre 2019, sur les dix artistes en tête des ventes d’albums dans l’Hexagone, cinq sont des rappeurs (PNL, Ninho, Nekfeu, Lomepal et Soprano). Et les cinq artistes les plus streamés en France sont tous des rappeurs (Ninho, PNL, Jul, Nekfeu et Lomepal). Booba est par ailleurs le premier rappeur français à avoir atteint la barre des 10 singles de diamant, qui équivalent à 50 millions de streams.

 

Les raisons de ce succès

Plusieurs facteurs expliquent que le rap soit devenu un genre incontournable.
D’une part, son émergence a été facilitée par l’évolution technologique et le succès croissant des médias sociaux et des plateformes de streaming. Ces alternatives aux médias traditionnels (radio, télévision) ont permis aux rappeurs de diffuser et promouvoir leur musique à très grande échelle. 

D’autre part, le rap a – partiellement – changé de forme et de contenu. Dans les années 1990, les textes parlaient surtout de la vie en banlieue, caractérisée par la violence, l’exclusion et la précarité. Ils contenaient souvent des critiques de la société et des revendications politiques. Mais le rap s’est depuis diversifié : aujourd’hui, beaucoup d’artistes proviennent des classes aisées et/ou de province. Ils traitent donc d’autres thèmes, à la fois intimes et universels, qui touchent un public extérieur aux banlieues : la “vraie vie” et le quotidien ordinaire (par exemple, chez Bigflo & Oli), la solitude (chez Lomepal), l’amitié (chez Nekfeu), l’amour (chez Soprano), la famille (chez Orelsan), etc. Certains choisissent même de privilégier la musicalité aux textes : c’est le cas de Maître Gims qui, en créant des chansons très dansantes, a réussi à toucher un large public, et a donc contribué à la démocratisation du rap.

 

Une nouvelle tendance : le rap pédagogique

Suite à cette démocratisation, on assiste en France à un drôle de phénomène : des professeurs surfent sur le succès de ce genre musical et se transforment eux-mêmes en rappeurs. Ils utilisent le rap pour faciliter la compréhension de leur matière et vulgariser certaines notions de leurs cours. Et profitent de sa popularité auprès du jeune public pour capter l’attention et stimuler la motivation de leurs élèves. Ainsi le professeur de mathématiques Radouane Abbassi, alias “Great Teacher Issaba”, a posté des vidéos sur YouTube où il rappe des formules comme les théorèmes de Thalès et de Pythagore. Et le professeur de français Samuel Breuil alias “ProfBreuil” a, lui, créé une chaîne YouTube centrée sur l’orthographe (#OrthoRap) et la littérature (#LittéRapture).

COMPRÉHENSION

1) Lis l’article et complète les phrases suivantes.

1. Le rap est né

  1. en France.
  2. aux États-Unis.
  3. en Amérique latine.

2. En France, les premiers groupes de rap apparaissent

  1. au début des années 1970.
  2. à la fin des années 1980.
  3. au milieu des années 2000.

3. Au début, les rappeurs

  1. sont peu médiatisés.
  2. sont très médiatisés.
  3. refusent d’être médiatisés.

4. Aujourd’hui, le rap est écouté

  1. par les adolescents seulement.
  2. par les adultes seulement.
  3. par tous les publics.

5. En 2019, en tête des ventes d’albums en France

  1. il n’y a aucun rappeur.
  2. il y a de nombreux rappeurs.
  3. on trouve seulement des rappeurs.

6. La diffusion du rap se fait principalement à travers

  1. la télévision et la radio.
  2. la vente de disques.
  3. les médias sociaux et le streaming.

7. Les rappeurs actuels

  1. sont tous issus des banlieues pauvres.
  2. sont tous issus des provinces aisées.
  3. sont issus de toutes les régions et classes sociales.

8. Pour motiver ses élèves, le professeur Radouane Abbassi

  1. crée ses propres chansons rap.
  2. utilise des morceaux de rap existants.
  3. invite régulièrement des rappeurs dans sa classe.

 

GRAMMAIRE

2) Complète chaque phrase avec l’adjectif ou le pronom possessif qui convient.

1. En 1996, Stomy Bugsy sortait le tube “_______________ papa à moi est un gangster”.

2. J’adore Bigflo et Oli : le meilleur concert de ma vie, c’est _______________ !

3. Notre génération connaît mal IAM et NTM : _______________ rappeurs préférés, ce sont plutôt Booba et PNL.

4. Les rappeurs ont compris l’importance de l’image ; PNL soigne _______________ et réalise des clips de qualité. 

5. PNL est un groupe très en vogue : _______________ clip de “Au DD” a été vu plus de 100 millions de fois sur YouTube !

6. Dès _______________  sortie, la chanson “Au DD” bat le record mondial de stream sur Deezer ; elle est aussi la première chanson francophone à intégrer le top 30 de Spotify.

7. Tu préfères qu’on écoute ma playlist ou _______________ ?

8. Et vous, les Italiens : vous préférez le rap français ou _______________ ?

 

LEXIQUE

3) Complète les phrases avec les mots de la liste suivante, en les conjuguant ou accordant si nécessaire.

aisé – dansant – échelle – incontournable – préjugé – province – surfer – toucher – tranche – vulgariser

1. Apparu à New York dans les années 1970, le mouvement hip-hop a connu par la suite une diffusion à l’_______________ mondiale.

2. Kanye West est l’archétype du rappeur américain _______________, qui s’éloigne du ghetto noir et fonde la “blackgeoisie” (de “black” + “bourgeoisie”).

3. Simple et discret, Soprano est un des premiers rappeurs à avoir réussi à se construire une image positive et à _______________ un public très large.

4. Avec des textes accessibles et sans vulgarités, Soprano fait une sorte de “rap familial” qui séduit diverses _______________ d’âge.

5. Le rappeur Roméo Elvis et sa sœur, la chanteuse Angèle, sont tous deux des artistes qui _______________ sur le succès.

6. Malgré leur succès, les deux frères Bigflo et Oli continuent à vivre en _______________, dans leur ville d’origine : Toulouse.

7. En quelques années, le rap est passé de genre marginal à genre _______________.

8. Les clichés et _______________ envers le rap tendent à s’effacer.

9. Le rap est désormais capable de produire des tubes de l’été dynamiques et _______________.

10. Le rap peut aussi devenir un outil pédagogique pour _______________ un savoir.

 

EXPRESSION

4) Écris un court paragraphe (60-80 mots) sur un de ces deux sujets.

– Est-ce que tu écoutes du rap, ou est-ce que tu préfères d’autres genres musicaux ? Explique ton choix.
– Selon toi, le rap peut-il être un moyen de réconcilier les jeunes avec l’école ? Justifie ta réponse.

___

(Margot Legrand)

(Crédits images: Wikimedia Commons et Flicrk)

Per la lezione

Prosegui la lettura

Commenti

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *