Les traditions de Noël en Provence

Les fêtes de fin d’année en Provence débutent dès le 4 décembre, et sont marquées par les traditions folkloriques dites « calendales » (le mot « calendo » signifiant Noël en provençal), vieilles de plusieurs siècles mais encore très populaires aujourd’hui.

 

Les blés de la Sainte-Barbe

Tout commence le 4 décembre, à l’occasion de la Sainte-Barbara. Ce jour-là, les Provençaux plantent du blé dans trois petites assiettes, sur du coton humide. La tradition veut que si le blé germe bien et forme de longues tiges vertes avant le 25 décembre, cela signifie que la prochaine moisson sera abondante, et plus généralement que l’année suivante sera prospère. Comme le dit le dicton local, « Quand lou blad vèn bèn, tout vèn bèn ! » : « quand le blé va bien, tout va bien ! ».

 

La crèche provençale et les santons de Provence

Après la germination, les petits « champs » de blé de la Sainte-Barbe peuvent prendre place dans la crèche familiale, incontournable en Provence. Car, si la tradition de la crèche existe dans toutes les régions françaises, elle est particulièrement forte en Provence. Là, les crèches reproduisent la scène de la Nativité dans des villages provençaux, et elles sont décorées avec les fameux santons (du provençal « santoun », petit saint) de Provence. Ceux-ci sont des figurines en argile, créées et colorées à la main, qui représentent la Sainte Famille et tous les villageois qui l’entourent. Beaucoup de ces personnages sont inspirés du folklore traditionnel.

L’info en + :        
Dans le village d’Allauch est exposée une gigantesque crèche animée, créée en 1978 par Gilbert Orsini. Ses 650 santons (dont 50 animés) relatent l’histoire locale dans cinq tableaux différents, occupant au total une surface de 100 mètres carrés !

Dans toute la Provence, de nombreuses foires aux santons sont organisées dès la mi-novembre. Il existe même un Salon International des Santonniers, à Arles, qui fête cette année ses 60 ans. Chaque année, les exposants – des artistes et artisans provenant du monde entier – peuvent participer au concours de la création du meilleur santon.

 

Le cacho-fio

Le « cacho-fio », c’est-à-dire l’allumage du feu, est une ancienne tradition calendale. Dans le passé, avant le dîner de Noël, le membre le plus âgé et le membre le plus jeune de la famille devaient accomplir un rite : allumer un feu dans la cheminée familiale avec une bûche provenant d’un arbre fruitier (symbole de prospérité), aspergée de vin à l’aide d’un rameau d’olivier. Ce feu illuminait et réchauffait la maison durant la préparation du dîner. Et par la suite, les braises étaient conservées pour protéger la maison des incendies.

En souvenir de cette coutume, un pâtissier a fabriqué en 1879 un gâteau en forme de bûche pour Noël. Voilà pourquoi aujourd’hui la « bûche » se mange en dessert durant le repas de Noël !

 

Le gros souper et les treize desserts

Le repas de Noël, appelé « gros souper », est l’événement phare des fêtes calendales. Pour cette occasion, la mise en scène de la table est très importante. Chaque élément est symbolique : les trois nappes, les trois bougies et les trois assiettes contenant le blé de la Sainte-Barbe font écho à la Sainte Trinité ; les sept plats commémorent les sept plaies du Christ et les sept douleurs de Marie. Paradoxalement, les plats du « gros souper » provençal sont maigres : ils ne contiennent jamais de viande, mais uniquement des poissons, des coquillages, des omelettes, des gratins, des légumes et des soupes. L’abondance réside en réalité dans les treize desserts – nombre qui renvoie à celui des personnes présentes à la Cène (Jésus et les douze apôtres). Le dessert est ainsi le moment clé du repas.

L’info en + : Quels sont les treize desserts ?
– Figues sèches, amandes, raisins secs, noix ou noisettes : surnommés les « quatre mendiants », ils représentent respectivement les Franciscains, les Carmélites, les Dominicains et les Augustins ;
– Dattes : elles symbolisent le Christ venu de l’Orient ;
– Nougat blanc et nougat noir : ils incarnent le bien et le mal ;
– Fougasse à l’huile d’olive, surnommée « la pompe à huile » ;
– Pâte de coing ou fruits confits ;
– Oreillettes : ce sont des gaufres légères et fines.
– Fruits frais : agrumes, poires, raisins.

 

Liens utiles

– Site complet sur les traditions provençales de Noël : http://tourismepaca.fr/noel-en-provence

– Site du Salon International des Santonniers d’Arles : http://salondessantonniers.over-blog.fr

– Vidéo sur la crèche animée d’Allauch, comprenant une interview de Gilbert Orsini : https://youtu.be/B2WOwrs7vTM

– Reportage (JT) sur la tradition des treize desserts : https://www.francetvinfo.fr/decouverte/noel/les-treize-desserts-une-tradition-de-noel-en-provence_1978535.html

– Liste descriptive des treize desserts et de leurs variantes : https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/connaissez-vous-les-treize-desserts-provencaux-de-noel-613490.html

 

COMPRÉHENSION

1) Lis l’article et complète les phrases suivantes.

1. Les traditions calendales

  1. sont apparues récemment.
  2. ont une origine ancienne.
  3. ont disparu de nos jours.

2. Le blé de la Sainte-Barbe est un symbole

  1. de force.
  2. de paix.
  3. de richesse.

3. Au centre de la crèche provençale, il y a

  1. une scène religieuse.
  2. un épisode de l’histoire de la région.
  3. un paysage naturel de la région.

4. La crèche provençale contient

  1. exclusivement des personnages religieux.
  2. exclusivement des personnages traditionnels provençaux.
  3. des personnages religieux et des personnages traditionnels provençaux.

5. Les santons sont des figurines

  1. en céramique.
  2. en terre.
  3. en verre.

6. La bûche du « cacho-fio » est l’ancêtre

  1. de l’entrée traditionnelle du repas de Noël.
  2. du plat traditionnel du repas de Noël.
  3. du dessert traditionnel du repas de Noël.

7. La table du « gros souper » est riche en symboles

  1. bibliques.
  2. astrologiques.
  3. mathématiques.

8. Le « gros souper » traditionnel comprend

  1. 13 entrées, 7 plats et 3 desserts.
  2. 7 plats et 13 desserts.
  3. 13 plats et 7 desserts.

 

GRAMMAIRE

2) Complète les phrases en conjuguant les verbes aux temps et aux modes indiqués entre parenthèses.

1. De nombreuses décorations de Noël ______ (pouvoir, présent de l’indicatif) être réalisées à la main.

2. Tu ______ (savoir, imparfait de l’indicatif) d’où venait la tradition de la bûche de Noël ?

3. Cette année, comme nous ______ (vouloir, imparfait de l’indicatif) préparer un menu spécial pour nos invités, nous avons pris des cours de cuisine !

4. Si tu as besoin d’aide en cuisine, ______ (savoir, impératif présent, 2e personne du singulier) que je serai disponible les 23 et 24 décembre et que je _____ (pouvoir, futur de l’indicatif) donc t’aider dans les préparatifs.

5. – Qu’est-ce que tu ______ (vouloir, présent de l’indicatif) pour Noël ?
– Je n’ai pas encore fait ma liste au Père Noël, je ______ (devoir, présent de l’indicatif) m’en occuper !

6. Pour recevoir vos cadeaux à temps pour Noël, ______ (vouloir, impératif présent, 2e personne du pluriel) passer votre commande avant le 18 décembre.

7. L’année dernière, beaucoup de nos cadeaux ne sont pas arrivés à temps, et nous _______ (devoir, passé composé de l’indicatif) les transformer en simples « bons pour » en attendant leur livraison !

8. J’espère que vous ______ (pouvoir, passé composé de l’indicatif) profiter des fêtes de Noël avec vos proches.

 

LEXIQUE

3) Complète les phrases avec les mots de la liste suivante, en les accordant si nécessaire.

allumage – artisan – assiette – blé – bougie – braise – bûche – crèche – moisson – nappe – repas   

1. Durant le « gros souper » provençal, la tradition voulait que l’on ajoute une _______ à table, qui était considérée comme le couvert du pauvre (qui pouvait passer et demander l’aumône).

2. Quand j’étais petit, j’étais convaincu qu’il ne fallait pas allumer de feu le soir du 24 décembre, car le Père Noël aurait pu se brûler avec les _______ encore chaudes en passant par la cheminée pour déposer ses cadeaux !

3. Pour illuminer notre table de Noël, je me suis mise au bricolage et j’ai préparé des photophores et des lanternes avec des _______ personnalisées. J’ai aussi peint de jolis motifs sur une _______ en papier pour recouvrir la table des enfants !

4. En général, dès début décembre, je cherche activement des recettes originales pour surprendre mes hôtes durant le ______ de Noël !

5. Pour les fêtes de fin d’année, j’adore préparer des friandises… mes préférées sont des biscuits à base de _______ soufflé caramélisé et de chamallows : un vrai délice !

6. Ce week-end, nous avons assisté à l’_______ des illuminations de Noël sur la fameuse avenue de La Canebière à Marseille.

7. Le marché de Noël du Vieux Port de Marseille permet aux _______ d’exposer et de vendre leurs créations.

8. Attention ! Le mot « ________ » a deux sens : il peut se traduire par « ceppo (di legno) » ou par « tronchetto (di Natale) ». Le mot « _______ » a lui aussi deux significations : il peut se traduire par « presepe » ou par « asilo nido » !

9. La « ________ » est la récolte des céréales, et en particulier celle du blé.

 

EXPRESSION

4) Décris le repas de Noël tel qu’il est habituellement organisé chez toi. Combien de personnes sont présentes, et qui sont-elles ? Quels plats sont servis, et quel est celui que tu préfères ?
(80-100 mots)

 

(Margot Legrand)

(Crédits images: Clara Giraud, flickr et Wikipedia)

Per la lezione

Prosegui la lettura

Commenti [2]

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

  1. Ottimo!

  2. Très bien fait