Après Irma et Maria, la technologie au service des secours

Sur plusieurs îles françaises des Antilles (Saint-Martin, Saint-Barthélemy, et dans une moindre mesure Guadeloupe et Martinique), les deux puissants ouragans Irma et Maria ont laissé derrière eux des paysages apocalyptiques : maisons détruites, bâtiments publics – comme les casernes de pompiers et les hôpitaux – inutilisables, absence d’eau potable et d’électricité, routes et réseaux téléphoniques coupés… Dans ce contexte, la technologie a joué un rôle clé pour aider les secours et rompre l’isolement des habitants.

L’info en + :


Le terme « ouragan » est réservé à l’Atlantique nord et au Pacifique nord-est. On parle en revanche de « cyclone (tropical) » dans l’océan Indien et dans le Pacifique sud, et enfin de « typhon » dans le Pacifique nord-ouest.

 

Les réseaux sociaux et les applications

En effet, seuls les réseaux sociaux et les applications ont pu permettre d’avoir des nouvelles des habitants sinistrés, de diffuser des consignes de sécurité et d’organiser des dons.
En plus du désormais célèbre « safety check », activé à chaque catastrophe, sur Facebook ont été créés des groupes publics pour permettre la recherche des proches disparus et la diffusion d’informations sur l’état de certains quartiers, commerces et infrastructures des îles concernées. Sur Twitter également, les internautes ont diffusé massivement l’appel aux dons de la Croix-Rouge française.
En outre, de nombreux habitants des Antilles ont téléchargé l’application Zello, qui est une version moderne du talkie-walkie, permettant à de nombreuses personnes de discuter ensemble en direct. Le succès de cette application est dû à sa compatibilité avec un réseau téléphonique perturbé, puisqu’elle ne nécessite pas une excellente connexion internet : il suffit d’être en 2G pour l’utiliser.

 

L’association Visov

L’association des Volontaires internationaux en soutien opérationnel virtuel (Visov) a elle aussi aidé à la recherche des personnes disparues aux côtés des secouristes, en lançant  un formulaire en ligne pour recenser les personnes sinistrées. Cette association, qui a été créée en janvier 2014, compte aujourd’hui 138 volontaires. Depuis 2012, elle applique un plan d’action intitulé « Médias sociaux en gestion d’urgence ». Son principe est d’aider à accélérer les recherches en géolocalisant les victimes et en faisant circuler les informations.

 

L’envoi de matériel informatique

Des « hackers citoyens » se sont également mobilisés. L’association française Hackers Against Natural Disasters (Hand) a expédié 30 000 euros de matériel électronique à Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Ainsi, les containers d’aide humanitaire ne contenaient pas seulement de la nourriture et des fournitures d’urgence, mais aussi des radios longue portée, des composants électroniques (capteurs, piles, batteries…), des panneaux solaires et des drones. Ces derniers jouent un rôle essentiel : ils permettent d’évaluer les dégâts sur les infrastructures, de repérer des personnes en difficulté, et de leur apporter des vivres, de l’eau potable et des médicaments. « Notre objectif, c’est d’offrir aux citoyens des outils permettant de rétablir au plus vite les communications. C’est essentiel pour coordonner les services de secours », a expliqué Gaël Musquet, le président de l’association Hand.

 

La cartographie des lieux sinistrés

Gaël Musquet est aussi le porte-parole d’OpenStreetMap France. C’est lui qui, depuis 2010, fédère les contributeurs bénévoles  de cette carte du monde pour cartographier en urgence les zones dévastées par des catastrophes naturelles. Une cinquantaine d’entre eux ont ainsi travaillé jour et nuit pour actualiser la carte en recensant les routes coupées, les bâtiments détruits, l’état des aéroports, des hôpitaux ou encore des pylônes électriques. Des informations précieuses pour les secours et les associations présents sur place.
Ce travail est rendu possible grâce à la charte « Espace et catastrophes majeures », signée en 1999 par seize agences spatiales. Cette charte impose de fournir, en cas de grande catastrophe, les images aériennes et satellites aux États et associations (comme OpenStreetMap) qui en font la demande.

 

Liens utiles

Synthèse de la saison cyclonique 2017 dans l’océan Atlantique nord : https://fr.wikipedia.org/wiki/Saison_cyclonique_2017_dans_l%27oc%C3%A9an_Atlantique_nord

Article sur l’organisation des internautes pour venir en aide aux personnes sinistrées : http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2017/09/07/apres-irma-des-guadeloupeens-s-organisent-en-ligne-pour-venir-en-aide-aux-iles-du-nord_5182413_4832693.html#Jeh28is6MZvhkflG.99

Article sur l’application Zello :
http://www.lapresse.ca/techno/applications/201709/08/01-5131541-ouragans-regain-de-popularite-pour-lapplication-zello.php

Site de l’association Hand :
http://hand.team/urgence-irma/

Article sur l’opération de cartographie des régions touchées par les ouragans : http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/09/08/apres-irma-des-internautes-mobilises-pour-cartographier-en-urgence-les-zones-devastees_5182936_4408996.html#vhb2LStQvPW8gxa5.99

Site officiel d’OpenStreetMap France :
http://openstreetmap.fr/

Informations sur la charte internationale « Espace et catastrophes majeures » : https://charte.cnes.fr/

Vidéo d’un JT sur le thème « La technologie face aux ouragans » : http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/la-technologie-face-aux-ouragans-979635.html

 

COMPRÉHENSION

1) Lis l’article et complète les phrases suivantes.

1) Les ouragans du mois de septembre ont concerné principalement les îles

  1. d’Irma et Maria.
  2. de Saint-Martin et Saint-Barthélemy.
  3. de la Martinique et de la Guadeloupe.

2) La fonctionnalité « safety check » a été activée par

  1. Google Maps.
  2. Twitter.
  3. Facebook.

3. L’application Zello

  1. nécessite une excellente connexion internet.
  2. fonctionne même avec un signal faible.
  3. ne requiert aucune connexion internet.

4. L’association Visov

  1. agit sur les médias en ligne.
  2. intervient directement sur place.
  3. effectue d’importants dons d’argent.

5. L’association Hand a envoyé

  1. de la nourriture.
  2. des fournitures et équipements de première nécessité.
  3. du matériel électronique.

6. Le repérage des personnes en difficulté est facilité par l’usage

  1. de drones.
  2. de panneaux solaires.
  3. de batteries.

7. OpenStreetMap est

  1. une fonctionnalité qui recense les logements disponibles pour les personnes sinistrées.
  2. une application météorologique.
  3. un service de cartographie libre.

8. La charte « Espace et catastrophes majeures » a été signée par seize

  1. États.
  2. agences spatiales.
  3. organisations non-gouvernementales.

 

GRAMMAIRE

2) Situer dans le temps.
Complète les phrases suivantes avec « en », « à / au / à la », « avant (de) », « après », « dans » ou « il y a ».

1. Les ouragans dans l’Atlantique nord ont souvent lieu _____ été, quand les eaux sont chaudes et les orages fréquents.

2. Cette année, les phénomènes cycloniques se sont concentrés _____ mois de septembre.

3. Irma se classe parmi les pires tempêtes tropicales, presque au niveau du terrible typhon Haiyan qui a dévasté les Philippines _____ 2013.

4. _____ 22 ans, l’île de Saint-Martin avait déjà été dévastée par l’ouragan Luis.

5. _____ l’arrivée d’Irma, les habitants des zones les plus sensibles ont été appelés à évacuer.

6. Les personnes qui n’habitaient pas dans des zones d’évacuation ont fait des provisions en eau et en nourriture _____ se barricader dans leurs maisons.

7. La radio annonce l’arrivée de l’ouragan _____ une demi-heure (c’est-à-dire _____ 6h30) : enferme-toi dans un lieu sûr, et ne sors surtout pas avant la fin de l’alerte !

8. _____ le passage de l’ouragan, je suis sortie de chez moi et j’ai constaté que mon quartier avait été détruit à 95 %.

 

LEXIQUE

3) Complète les phrases avec les mots de la liste suivante, en les conjuguant ou accordant si nécessaire.

aide –  capteur –  dégât – expédier – géolocaliser –  internaute – proche – réseau – sinistré – télécharger

1. Les « chasseurs d’ouragans » traversent les cyclones à bord de leurs avions équipés de ________, qui permettent de mesurer l’intensité de ces phénomènes climatiques.

2. Au moment de l’arrivée de l’ouragan Irma, plus d’un million de personnes (habitant les Caraïbes ou la Floride) ont ________ l’application Zello.

3. L’application Zello est utile en cas de ________ téléphonique saturé.

4. L’application Hurricane de la Croix-Rouge américaine permet aux personnes se trouvant sur la trajectoire d’un ouragan de se _________ et de visualiser les abris les plus proches, sur une carte interactive.

5. De nombreuses personnes essayent d’obtenir des informations sur leurs _________ (c’est-à-dire leurs amis et les membres de leurs familles) vivant dans les zones ________. Pour cela, elles peuvent utiliser différents outils : numéros d’urgence, radios et journaux locaux, ________ sociaux, applications, ou encore formulaires en ligne.

6. Des ________ ont créé des événements Facebook absurdes, pour contrer l’ouragan par le rire. Exemples : “Coupure générale de courant pour faire croire à l’ouragan Irma qu’on est pas à la maison”, “Mettre des débris dans le jardin pour qu’Irma croit avoir déjà frappé”.

7. Selon la Caisse centrale de réassurance (spécialisée dans les catastrophes naturelles), le coût des ________ causés par l’ouragan Irma sur les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy s’élèverait à plus d’un milliard d’euros.

8. Depuis le passage des ouragans, les secours travaillent jour et nuit pour venir en ________ aux victimes.

9. Pour faire un don destiné aux victimes des ouragans, il est possible d’________ un chèque à une des antennes départementales du Secours populaire français.

 

EXPRESSION

4) Quels conseils donnerais-tu aux habitants d’une île qui est sur le point d’être touchée par un ouragan ?
(60-80 mots)

(Margot Legrand)

(Crédits images: Antti Lipponen, flickr et Cyclonebiskit, Wikipedia)

Per la lezione

Prosegui la lettura

Commenti [2]

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

  1. Sara scrive:

    Grazie! Temi attuali ed interessanti. Risorse molto utili!
    Sarebbe possibile indicare orientativamente anche il livello rispetto al Quadro? Velocizzerebbe la selezione.

    • Grazie mille Sara del suo commento e del suo consiglio. I nostri contenuti sono indicativamente adatti a un livello A2+/B1, ma in futuro potremmo senza dubbio dare un’indicazione più precisa. A presto